Comment faire des fiches… Autrement!

Pourquoi d’autres sortes de fiches?

Parfois, on ne retient pas certaines choses, même en ayant fait des fiches « classiques ».

On peut aussi avoir du mal avec un gros point de matière en particulier, et donc en faire une fiche parait difficile car on voudrait tout écrire dessus, ce qui reviendrait à recopier le cours (ce qui n’est pas très utile en vrai…).

Il y a aussi des choses qui sont énormes à étudier et on ne trouve pas le moyen de synthétiser, de diminuer la matière tout en gardant l’essentiel.

Il est donc important d’avoir d’autres méthodes pour ce genre de choses, et cela peut passer par d’autres types de fiches (que celles présentées dans l’article « faire des fiches, mode d’emploi »).

 

Ce que je fais:

Lorsque j’ai du mal à retenir quelque chose (que j’ai déjà réalisé une fiche ou pas) j’ai trois solutions:

  • La première: Lorsque je retiens légèrement mais que j’ai quelques trous et quelques points d’interrogations quand j’essaye de refaire le cours dans ma tête.

J’ai donc besoin d’un autre « chemin » pour que ma mémoire s’active entièrement, je réalise alors un schéma du point de matière.

C’est à dire qu’au lieu de faire des textes, des suites de mots, et des explications, je fais des schémas en reliant les idées dans leur ordre logique, en indiquant clairement la « marche à suivre ».

Cela créé le chemin que mon cerveau doit suivre pour retenir, et pour comprendre ce que j’étudie. 

Je n’ai donc qu’à relire ce schéma pour me souvenir de mon cours et pour bien comprendre le sens du cours.

Capture d_écran 2017-07-30 à 10.37.08

  • La deuxième: Quand je retiens partiellement avec des morceaux entiers et des trous noirs du cours.

Je réalise alors des fiches mots-clés pour ces trous noirs.

C’est à dire que (souvent sur un post it au dos de ma première fiche) j’écris les mots-clés que je trouve dans mon cours (parfois plus poussés et « moins utiles » que ce que l’on pourrait trouver dans une fiche « classique ») et qui me permettent de me rappeler du trou noir lorsque je relis ces mots, j’écris aussi un ou deux autres exemples, cela complète donc ma fiche, mais je ne le rajoute pas dessus.

Je peux donc consulter cette fiche mots-clés uniquement si j’ai le trou noir et pas systématiquement quand je relis ma fiche « classique » du cours.

Capture d_écran 2017-07-30 à 10.37.16

  • La troisième: Lorsque je ne retiens rien.

C’est à dire que même après avoir fait ma fiche, après avoir étudié une première fois mon cours ET ma fiche, je ne suis pas capable de restituer mon cours et j’ai 85% ou plus de trous noirs.

À ce moment là, je ré-étudie correctement mon cours, lentement, à mon rythme sans me dire en lisant « ah oui ça je sais en fait ».

Non!! Je ne savais plus, je l’étudie donc même si j’ai le sentiment de déjà vu, et je reprends tout depuis le début, avec le temps que ça prend, et au pire ma pause de midi fera 45 minutes-1h et pas 1h30.

Le but est de connaître ma matière comme si je l’avais moi-même écrite.

Ensuite je reprends ma méthode de fiche, et je continue jusqu’à ce que cela devienne une évidence pour moi.

 

Comment l’appliquer à vous même?

Dès que vous bloquez sur quelque chose, il faut l’identifier et ne pas le passer.

Pour être sûr que vous bloquez réellement dessus, vous pouvez faire une pause de 5 minutes (avec un thé pour ma part, mais vous pouvez être de la team café ou Kinder..) et ensuite vous vérifiez ce que vous avez réellement retenu en essayant de refaire votre cours dans votre tête.

Si en effet rien ne vous revient, ou en tout cas pas assez, il est clair qu’il s’agit d’une légère impasse, dans ces cas-là il faut trouver comment y remédier avec une des trois solutions.

Vous pouvez aussi évaluer votre mémoire le lendemain, ou même quelques jours ou semaines après en vous auto-évaluant (une fiche suivra sur l’auto-évaluation).

Dès lors vous devez estimer ce que vous n’arrivez pas à retenir et la quantité de matière/travail que cela représente pour choisir la bonne solution.

Ensuite vous pouvez appliquer une des solutions selon votre estimation.

Après avoir appliqué cela il est important de s’auto-évaluer (oui, encore!).

Pour voir si ces solutions sont suffisantes ou si vous devez investir plus de temps à revoir vos points noirs.

=> Il ne faut jamais penser que c’est « acquis » et toujours remettre en question la manière dont vous connaissez votre cours, car en effet on peut le connaître dans le sens où on l’a étudié, mais une fois qu’on change un peu la tournure de phrase, le sens des questions, on peut être perdu car on est resté dans une étude figée de la matière (varier son type de fiche permet donc de varier le type d’étude et d’approfondir les connaissances).

Advertisements

One Comment Add yours

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s