Mon stage aux urgences

Hello !

Voici un petit débriefing de mon dernier mois de stage avant mes vacances, mon mois aux urgences ! C’est un mois que l’on doit tous faire, obligatoire, et honnêtement je trouve ça chouette car on apprend beaucoup !

L’organisation du stage

Ce mois-ci, j’étais dans un « petit hôpital périphérique » c’est à dire un hôpital de campagne, rattaché à un autre gros centre. Il n’y a donc pas de SMUR directement rattaché à cet hôpital, et donc peu de « gros cas graves ».

Nous étions deux stagiaires et on se partageait la journée en deux parties, donc niveau horaire je faisais soit 8-15h soit 15-22h.

Sur le mois j’ai du effectuer deux gardes, une garde de 24h un jour de weekend, et une garde de semaine (de 15 à 9h).

Mon rôle en stage

Vu la structure, il n’y avait pas énormément de patients comme on peut le voir dans les gros centres, les journées étaient remplies mais pas au point de me rendre absolument indispensable dans les 4 coins du service, j’ai donc pu profiter à fond de mon stage pour voir les patients longuement, suivre les examens complémentaires, voir des actes techniques,… Tout ça sans être pressée par le temps car 15 personnes attendaient dans la salle d’attente. Ca a vraiment rendu mon stage super agréable !

Mon rôle est donc d’aller voir les patients, faire leur anamnèse complète et ensuite prescrire leurs examens complémentaires selon ce que j’imagine comme diagnostic. Ensuite j’en parle aux médecins, on en discute ensemble, et on suit l’évolution du patient ensemble.

Au niveau des actes techniques, je suturais les plaies, j’ai appris à faire des pH artériels radiaux et fémoraux, j’ai vu plusieurs ponctions thoraciques, des poses de plâtres,…

Comme je vous le disais, l’hôpital n’était pas un gros centre, donc si le patient nécessitait une neurochirurgie en urgence, ou des soins intensifs poussés,… il était transféré dans le gros hôpital qui est rattaché au mien. Plusieurs patients dans des états graves ont d’ailleurs du être transférés.

Ensuite généralement j’allais revoir les patients, pour discuter avec eux des résultats des examens complémentaires, du plan qu’on allait mettre en place (hospitalisation, retour à domicile, traitement,…)

Selon les cas je faisais aussi les petits actes « sur le côté » c’est à dire téléphoner aux médecins traitants pour connaitre le traitement exact d’un patient, téléphoner à un chirurgien pour avoir son avis, téléphoner au radiologue pour demander une précision sur telle ou telle image, demander un avis psychologique,…

Mon avis sur le stage

J’ai adoré mon stage, je m’y suis vraiment épanouie, d’abord parce que l’équipe avec laquelle j’ai travaillé est géniale, que ce soit les médecins, les infirmiers/infirmières, les secrétaires,… tout le monde était super sympa et ça aide beaucoup dans un service !

Ensuite j’ai rencontré des patients gentils, indulgents envers le retard, les problèmes qu’un service d’urgence peut avoir,… Honnêtement j’ai été plus touchée par des patients ici aux urgences qu’en médecine générale. D’ailleurs ne pas les suivre sur le long terme dans leur parcours médical me frustrait un peu, j’allais donc souvent voir leur évolution dans les dossiers des patients que j’avais vus !

De plus, je trouve que j’ai énormément appris pendant ce stage, que ce soit sur le contact avec le patient, comment faire une bonne anamnèse, comment discuter avec une famille de patient, comment travailler en équipe, mais aussi au niveau de l’examen clinique, des pathologies,… Je trouve qu’on ne retient jamais quelque chose aussi bien que quand on l’a vu en vrai !

J’ai donc adoré ce stage, mais ce n’est pas une spécialisation que j’envisage (gynéco vie toujours en place), mais clairement je trouve que c’est une spécialité admirable et incroyable !

Mes outils pendant mon stage

Pendant mon stage j’ai utilisé deux outils assez fréquemment, pour creuser un peu dans les pathologies ou dans la pharmacologie.

  1. Le Mikbook ! Après avoir vu un patient, j’allais voir dans mon livre les pathologies auxquelles je pensais, pour voir si ça collait bien, quelle serait la prise en charge si c’était bien cette pathologie, je trouve que ça aide totalement à retenir la théorie que de la relire juste après avoir vu un vrai cas réel !

Capture d’écran 2019-06-26 à 18.05.02

  1. Le CBIP et 360 Medics : Ce sont deux sites internet / applications qui concernent les médicaments. Le CBIP est belge, 360 Medics est français. C’est très utile pour vérifier quelle molécule est quel médicament, quelle posologie administrer dans quelle indication, quels sont les effets secondaires,… Je vous les recommande très fortement ! Surtout dans sa version site internet pour le CBIP et dans sa version application pour téléphone pour 360 Medics !

Capture d’écran 2019-06-26 à 18.09.54.png

Les clichés sur les urgences

  • On attend (trop) longtemps : Alors OUI ! Mais ce n’est pas uniquement par envie de vous faire poireauter de la part des soignants, mais malheureusement les gens ne prennent pas le temps de vous dire pourquoi ça prend du temps. En fait de base quand vous arrivez aux urgences vous êtes accueillis par une infirmière de tri (ou une secrétaire qui transmettra à une infirmière de tri). Cette infirmière trie les patients par ordre de gravité suspectée. Donc si vous arrivez premier avec une entorse de cheville, mais que 3 personnes arrivent avec des douleurs thoraciques et une suspicion d’infarctus, elles passeront avant vous, car leur vie est plus en danger que la vôtre ! Alors oui c’est embêtant, mais on serait tous heureux le jour où ça nous arrive de ne pas mourir dans la salle d’attente d’un infarctus car 4 entorses de cheville sont passées avant nous. Ensuite, pour chaque examen complémentaire effectué il faut attendre les résultats ! Les résultats d’une prise de sang, d’une analyse d’urine, d’un examen radiologique ne sont pas instantanés ! Il faut compter jusqu’à deux heures pour avoir les résultats d’une biologie « basique », plus si il y a des dosages spécifiques ! Idem pour les résultats d’une analyse d’urine. Un peu moins pour les résultats des images radiologiques, mais cela dépend du radiologue, du nombre d’examens qu’il doit analyser, du temps qu’il met pour analyser,… Donc en comptant tout cela on est déjà à 3 heures bien faites de temps, si vous ne deviez attendre que le minimum. Il faut aussi penser que le médecin doit vous voir, analyser les résultats, préparer votre dossier, les papiers nécessaires, etc ! Ensuite il faut penser que le service est parfois débordé, qu’il y a plus de patients que d’infirmières ou de médecins, donc forcement chacun son tour et cela prend du temps. Donc OUI on attend aux urgences, mais c’est normal, et je vous promets que la majorité des soignants font de leur mieux (même si des cons il en existe partout).

 

  • Les gens viennent pour des choses non urgentes / c’est de la « bobologie » : Alors OUI et NON (comme j’aime à dire « moyen bof« ). Ca dépend, certaines personnes viennent alors que leur vie est vraiment en danger, et qu’il aurait mieux valu qu’elles viennent bien avant aux urgences. Par contre d’autres oublient qu’avant les urgences elles peuvent consulter leur médecin traitant, et viennent pour des choses non urgentes. Par contre un principe de base, est de se dire que si le patient vient, c’est que pour lui quelque chose est urgent, dès lors il faut trouver quoi, rassurer le patient et trouver des pistes pour lui. Maintenant il est clair qu’aux urgences on ne fait pas des miracles. Si un patient consulte 4 médecins pour des douleurs d’origine indéterminée depuis 4 mois, il est peu probable qu’aux urgences on lui trouve la cause, le traite et qu’il rentre chez lui soulagé pour de bon.

 

  • Les services sont débordés : Honnêtement dans l’hôpital dans lequel j’étais, rares étaient les journées où nous étions tellement débordés que c’était invivable. Mais comme partout, oui certaines journées sont très bien remplies, d’autres moins. On ne peut pas prévoir, et comme partout il manque du personnel pour qu’on soit à l’aise sans arrêt même si 10 patients se présentent en même temps.

 

Conclusion

Ce stage était vraiment chouette ! Si vous avez l’occasion d’effectuer un stage dans un service d’urgences faites le, vous ne le regretterez pas !

Pour ma part, si je dois y retourner ce sera avec plaisir, et je suis super heureuse de tout ce que j’ai appris pendant ce mois. Par contre, le fait d’avoir mon examen de chirurgie fin juin, m’a empêché je trouve de profiter à 100% de ce stage, et je trouve ça dommage !

Bonnes vacances à tous, à bientôt xoxo
Advertisements

2 Comments Add yours

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s